Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chroniques de la Rue des livres

Les présentations de romans, albums pour petits et grands, diffusées sur Radio d'Oc Moissac

Meslama la sorcière .- Julia Wauters et Emily Dalrymple

Publié le 21 Décembre 2015 in Conte, Albums

© ill. Julia Wauters

© ill. Julia Wauters

Un très beau conte paru assez discrètement en 2011 aux éditions Escabelle dans la collection Transmettre, que les éditions Cambourakis nous font redécouvrir cette année dans un grand format, plus adapté aux illustrations de Julia Wauters.

Meslama, vit au fond de la forêt avec sa grand-mère malade, Philimena, qui est un peu sorcière. En plein hiver, elle est chargée de ramasser du bois pour chauffer leur petite cabane, quand elle croise le seigneur du château voisin, propriétaire des terres et forêt alentour. Malgré les explications de Meslama, l’homme refuse avec mépris que la petite fille ramasse SON bois dans SA forêt.

© ill. Julia Wauters

© ill. Julia Wauters

Une fois rentrée à la maison, déçue, la fillette tente de raviver le feu avec la magie que sa grand-mère lui a enseigné mais la flamme est sans chaleur. Philimena est de plus en plus malade et Meslama de plus en plus en colère. Malgré les conseils de sa grand-mère pour oublier son ressentiment, sa colère est telle, qu’une graine venimeuse vient se planter dans son cœur et grandit autant que la rage de Meslama. Elle décide alors d’invoquer les esprits de la forêt et part en direction du château, déterminée à détruire tout ce qu’elle trouvera là-bas.

© ill. Julia Wauters, photo La Soupe de l'Espace

© ill. Julia Wauters, photo La Soupe de l'Espace

Mais, arrivée sur place, la jeune fille aperçoit un jeune garçon alité dans plus haute tour du château. Il semble bien malade et à ses côté, Meslama reconnait le seigneur. Il a perdu toute son arrogance et son mépris. L’homme qu’elle voit au chevet du garçon à l’air très inquiet, si bien que la colère de la jeune fille retombe instantanément et se transforme en pitié.

Rentrée chez elle, avec l'aide de Philimena, Meslama va longuement préparer un remède pour le jeune garçon. Au matin suivant, elle retourne au château pour offrir sa potion au père du garçon qui, par peur ou par orgueil – peut-être les deux –, va refuser. Alors la colère de la petite fille refait surface, et cette fois ci, elle est tellement immense que rien ne l’arrête, elle invoque les sentiments les plus noirs, jusqu’à ne plus ressentir que de la haine, froide et violente.

© ill. Julia Wauters

© ill. Julia Wauters

Le château est détruit, il ne reste que la tour du garçon malade mais Meslama n’est pas calmée pour autant et c’est sa grand-mère qui va la ramener à la raison :

« Ta rage n’a causé que ruine, elle n’a apporté aucun remède, aucune satisfaction. Rien de bon, RIEN DE BON ne peut germer de la haine »

Alors, Meslama va tenter de se racheter et guérir le jeune garçon de la tour, elle apprendra à dompter ses sentiments et même si la colère est enracinée en elle, elle l’oubliera peu à peu, jusqu’à la faire disparaitre tout à fait.

Ce conte, c’est l’occasion de parler avec les enfants des sentiments pas toujours très beaux qui nous habitent. On met des images sur des mots forts comme colère, haine, rage, fureur. Mais aussi sur la façon dont on peut dompter ses émotions, avec des mots tout aussi forts : aimer, joie, sourire, apaiser.

Commenter cet article