Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chroniques de la Rue des livres

Les présentations de romans, albums pour petits et grands, diffusées sur Radio d'Oc Moissac

Silence / Benoît Séverac .- Syros (Rat noir), 2011 (réimpr. 2015)

Publié le 31 Août 2015 in Romans, Ado, Drogue, Handicap, Surdité

Silence / Benoît Séverac .- Syros (Rat noir), 2011 (réimpr. 2015)

Un roman sur les conduites à risques à l’adolescence par un auteur toulousain.

Dès 14 ans.

Jules est un ado comme les autres : des copains, une famille un peu pénible, une petite amie. Jusqu’au jour où il se réveille à l’hôpital suite à une soirée qui a mal tournée.

Jules a fait le mur avec sa bande pour aller à la fête Saint-Michel à Toulouse. Mais la soirée ne prend pas le tour prévu et dégénère. Direction une rave party. Pour impressionner Camille, sa copine, il avale alors pour la première fois deux cachets d’ecstasy de mauvaise qualité (mais en existe-t-il de bonne qualité ?)

Après s’être évanoui près d’enceintes à plein volume, il tombe dans le coma et se retrouve à l’hôpital de Rangueil. Verdict : Jules est sourd. Plus un son ne l’atteint et il ne retrouvera jamais plus son audition. Tout ça pour une question d’amour et de fierté.

Le récit s’attache à suivre le parcours de Jules après son accident. Son incompréhension d’abord, puis la peur des reproches de la part de sa famille et celle d’être abandonné par ses amis. La découverte ensuite du parcours de rééducation qu’il doit mener pour retrouver son équilibre et se réadapter à son environnement. Comment vivre avec son handicap, comment se construire de nouveaux repères ?

A son réveil, Jules met quelques secondes à se rappeler où il se trouve. Un instant, il a oublié qu’il était sourd et se voit dans son lit tel qu’il était il y a quelques semaines : un jeune homme de quinze ans en parfaite santé, plein de vie, amoureux d’une jeune fille blonde à la peau encore dorée par l’été, qui vient de rentrer en seconde au lycée Bellevue de Toulouse dont il est un des membres de l’équipe de volley-ball, apprécié de ses copains et aimé de sa famille. Et puis l’énumération devient liste noire : il est sourd, la jeune fille blonde ne sera jamais amoureuse de lui, il a perdu la confiance de son meilleur ami, il ne lui reste plus que Faouzi et sa famille qu’il ne verra que le week-end parce qu’il va intégrer un foyer pur malentendants à Pau. Si Damien était là, il lui dirait de reprendre sa liste et de positiver. Seulement voilà, il n’est pas là, et ce que Jules redoutait arrive : livré à ses angoisses sans l’aide du personnel médical, il est démuni. La psychologue de l’hôpital l’avait prévenu : « Dans ces moments-là, ne surtout pas rester seul ! Aller voir quelqu’un qu’on aime et parler de tout et de rien, parler pour soulager son cœur ou pour se changer les idées, mais parler. »

En parallèle, la police mène l’enquête. Il n’est pas le premier cas à avoir subi les effets de cette drogue et a même eu la chance de ne pas en mourir. Alors on lui met la pression. Pour en savoir plus, connaître les dealers pour remonter le trafic. Mais Jules résiste, et protège ses amis de peur de tout perdre.

Silence aborde donc, vous l’avez compris les thèmes du handicap et de la drogue. Il aborde également les relations amicales et familiales qui balisent le parcours de Jules. Quels sont les véritables amis ? Cette famille auprès de laquelle on râle, n’est –elle pas là, prête à tous les sacrifices ?

L’auteur nous accompagne, sans moralisation, et nous interroge sur nos comportements qu’on soit ado ou parents. Il pose clairement les limites entre ce qui est du domaine de la culpabilité ou du domaine de la responsabilité. On peut être responsable de ses actes sans être pour autant donné comme coupable : l’essentiel est de pouvoir assumer ses actes.

Un roman court, accessible à tous, qui peut accompagner autant les adultes que les ados.

Commenter cet article