Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chroniques de la Rue des livres

Les présentations de romans, albums pour petits et grands, diffusées sur Radio d'Oc Moissac

Les princes charmants n’existent pas / Maïa Brami .- Nathan (2014)

Publié le 11 Décembre 2014 in Ado, Amour, Humour

Les princes charmants n’existent pas / Maïa Brami .- Nathan (2014)

Tout commence une fin d’après-midi. Nora une adolescente en classe de troisième, trouve dans les géraniums sur le balcon de sa chambre une enveloppe adressée à Rodrigue Briand, 32 rue du Chemin-Vert, 75011 Paris. Or il se trouve qu’elle habite au 34 de cette même rue, le destinataire de cette missive est donc tout simplement son voisin qu’elle ne connait pas !

Poussée par la curiosité, elle prend l’enveloppe et y découvre une lettre qu’elle s’empresse de lire et qui contient le message suivant :

Rodrigue, Si tu as du cœur (merci le cour de français de l’année dernière. Si le Cid ne s’était pas appelé Rodrigue, jamais je n’aurais lu la pièce jusqu’au bout !), tu me pardonneras en lisant cette lettre. Quand je pense que je fais de l’humour, alors que je dois t’annoncer que je sors avec Akim. C’est arrivé pendant les vacances. Un total coup de foudre ! Tu dois me croire, je n’ai rien fait pour. Toi et moi, c’était sérieux, je te jure. Je t’ai vraiment aimé. Essaie de ne pas trop m’en vouloir. Essaie de comprendre. J’espère qu’on pourra rester amis. Larissa. P.s : s’il te plait, ne va pas te venger sur Akim. Il est plus fort que toi et puis, pense à tes mains, ce serait dommage que tu ne puisses plus jouer du piano. Au fait, j’espère que ça ne t’embêtera pas, mais je veux garder l’enregistrement que tu m’as envoyé en souvenir de nous.

Nora est donc en possession d’une lettre de rupture, abandonnée après lecture par son destinataire. Alors elle décide de lui redonner et de lui répondre par la même occasion d’une manière un peu surprenante :

Cher voisin, J’ai trouvé cette lettre qui semble vous appartenir. Je me permets de vous la retourner. Pas trace de votre corps écrasé dans la cour ! Vous avez été bien avisé de jeter seulement la lettre. Après tout, l’amour pourrait frapper de nouveau à votre porte. Rien de pire qu’un chagrin d’amour, ou peut-être si…ne jamais en avoir vécu aucun ?! Prompt rétablissement. Votre voisine du 34, 1er étage, Nora C…

Commence alors entre ces deux personnes une relation épistolaire mais le roman n’est pas  uniquement constitué de leurs échanges.

On suit Nora, adolescente très complexée par son physique, et fan absolue d’Ava Garner à qui elle rêve de ressembler, dans son quotidien fait de disputes avec ses parents, sa vie d’ado au collège entourée de sa meilleure amie Julie, une superbe jeune fille qui considère Sam, son petit ami d’un an son ainé et joueur de volley, comme un dieu vivant, qui ne voit que par lui, au point parfois d’en oublier sa meilleure amie...

Et voilà que s’ajoute à tout cela cette relation virtuelle avec Rodrigue qui ne vas pas être des plus simple à gérer pour notre héroïne. Elle ne va d’ailleurs pas rester si virtuelle que cela leur relation mais elle va être semée d’embuches, par la faute de Nora qui, au vu du peu d’estime qu’elle a pour elle-même, va tout faire pour ne jamais croiser le chemin de son correspondant par peur que leur liaison ne s’arrête net. Ajoutez à cela le fait que Maxime, frère cadet de Rodrigue, va s’en mêler, que Julie et Sam vont connaître quelques soucis dans leur couple et vous obtiendrez un petit mélange explosif mais non dénué d’humour.

 

Voilà les deux première lettres échangées par nos deux adolescents pour vous donner un peu le ton :

« Bonjour Nora, Je m’appelle Rodrigue. J’ai 17 ans, je suis en première S au lycée Louise Michel. J’ai deux frères : Maxime 15 ans, et Arthur 11 ans. J’aime bien les maths et le piano. Chopin est mon compositeur préféré. Peut-être que tu m’entends travailler ? J’espère que je ne te casse pas trop les oreilles ! Rodrigue.

Cher voisin, Autant vous dire que votre réponse m’est restée en travers de la gorge. Encore un peu et vous notiez votre classe dans la marge ! Je comprends que vous soyez en section scientifique : n’avez-vous jamais écrit une lettre de votre vie ? Remarquez, si vous jetez celles que vous recevez par la fenêtre, je puis comprendre que vous manquiez d’entraînement. Je vous donne donc une chance de vous rattraper : 1- Merci d’utiliser du papier blanc, non ligné. 2- Procurez-vous un stylo-plume, ça glisse bien mieux qu’un bille. 3- Quittez cet affreux tutoiement ! 4- J’espère que vous ne vous offenserez pas de ma franchise. Mais voyez-vous, ce qui est délicieux avec la correspondance, c’est qu’on peut tout dire…en restant masqué ! Alors, lâchez-vous ! Sans rancune, Nora. P.s : c’est vous alors qui tapez sur un piano du matin au soir ?! Moi, la musique classique, vous savez, ce n’est pas trop ma tasse de thé ! P.P.s : « quittez » cet affreux tutoiement en synonyme de « laissez tomber », vous connaissiez ? Ca fera joli dans votre prochaine dissertation. Peut-être vaudrait-il mieux d’ailleurs vous contenter d’aligner des chiffres !

Voilà un roman léger même s’il n’est pas aussi rose bonbon et mielleux qu’on pourrait le croire…Un agréable moment de lecture en perspective !

Commenter cet article